Viva Las Vegas

on Sep 3, 2014 | 0 comments

Paris, 02 septembre 2014 |  Lookbook

Piscine_53

Ouf me revoilà !

Après un mois de travail intensif, un été parisien qui ressemble plus à un automne qu’un été, nous avons décidé J. et moi de prendre le large et de partir pour un roadtrip au USA.
L’an dernier, nous étions partis sur la côte Est, que je connais déjà bien, et avions passé d’excellents moments. Cette année, nous avons voulu découvrir un autre aspect des USA, bien plus naturel et sauvage.

Premier arrêt : Sin City. Je ne suis pas vraiment fan des Casinos (pas du tout en réalité), mais faire un roadtrip dans l’Ouest et ne pas s’arrêter à Vegas serait un peu ridicule. Et Vegas n’est pas que des casinos. La périphérie de la ville regorge de petites boutiques vintages et de paysages désertiques sublimes. Mais pour le moment, les premières heures de notre voyage se résume en un mot : Chill!

Manger, dormir et bronzer au bord de la piscine – pas plus loin vu que je ne sais pas nager ;).

Je vous en montre un peu plus très vite.

Je vous embrasse et bonne rentrée à tous !

 
Piscine_46

Piscine_55

Piscine_56

Piscine_34

Piscine_47

Piscine_45

Piscine_31

Piscine_20

Piscine_43

Piscine_40

Piscine_35

Piscine_19

Piscine_57

Web COMMENT button FR
Web LIKE button FR

Web ABOUT GABY button
Web CREDIT button LASHENDAweb-lashenda-popup

 


web-title-post-caption

Maillot :
Bracelet :
Collier :
Baskets :

Forever 21
Cherie Bijou
On this Rock
Nike Blazer

 
web-signature-gaby

 
 

Be Proud?

on Aug 5, 2014 | 2 comments

Paris, 05 août 2014 | Lifestyle

 
Occasion (48)
 

Il y a trois règles auxquelles je ne déroge jamais lorsque je suis en groupe.
 

La première : “ne parle jamais de religion” !
Je fréquente des personnes toutes très différentes, de traditions, d’origines et de religions différentes, du coup lorsque l’on parle de religion personne n’est jamais d’accord et cela finit souvent par des engueulades. Donc je préfère éviter.
 

La seconde : “ne parle jamais d’argent !”
Autant, je suis très détendue à parler d’argent lorsque je suis dans un pays étranger et particulièrement au Etats-Unis, autant, je suis toujours très gênée d’en parler lorsque je suis en France. Je suis souvent obligée de sécuriser la conversation lorsque l’on parle de salaire avec un : “si ce n’est pas trop indiscret bien sûr…” Et comme en général la personne en face tourne autour du pot, j’évite !
 

La dernière “ne parle jamais de politique !”
Je suis apolitique, ni de gauche, ni de droite, ni d’extrême gauche, ni d’extrême droite et j’assume tout à fait ma lâcheté politique, car au fond ai-je vraiment le choix ?

En général ce dernier sujet déborde très souvent sur un autre qui personnellement me dérange un peu : Celui des différences et clivages communautaires, et à chaque coup, j’ai le droit aux “mêmes et sempiternelles rengaines” sur les différentes formes de racisme.
En créant ce blog, j’avais en tête de partager avec le maximum de personnes ma passion pour la mode et à aucun moment l’idée de réunir uniquement une population particulière ne m’était venue à l’esprit. Je m’étais même jurée de ne jamais écrire dessus, non pas que le sujet ne soit pas important, mais tout simplement parce que je n’en ressentais pas le besoin. Mais il y à quelque temps une personne de mon entourage m’a posé cette question, de manière un peu gênée : “Gaby comment vis-tu ta négritude en France ?”.

“Heuuuuu…. Pfffff…. Heuuuuu…. ????” Bon, je ne vous cache pas que je n’ai toujours pas répondu à la question, mais bizarrement j’ai commencé à me la poser, à faire en quelque sorte un débrief avec moi-même sur le sujet. En trainant sur le web, j’ai même trouvé des blogs qui traitent beaucoup du sujet et en discutant, j’ai collecté les avis souvent partagés de certaines femmes autour de moi. Je remarque même que pour certaines, le ton de la revendication revient fréquemment, un peu comme s’il y avait un combat à mener… Et je crois que c’est à ce moment-là que le sujet me dérange.
 
J’ai grandi avec essentiellement des personnes issues des mêmes origines que celles de mes parents, du même milieu social, et aussi jovial, chaleureux et festif qu’a été mon environnement, il y avait toujours ce besoin de fierté qui résonnait en bruit de fond… Il y avait le “chez nous” et le “chez les autres”… Durant toute mon adolescence, j’ai eu cette fâcheuse tendance à dire “chez nous” comme si je venais d’ailleurs, alors qu’ironiquement, je n’ai jamais mis les pieds en Haïti. Mais comme beaucoup de Français, je suis ce que j’appelle une entre-deux : on fini par croire que l’on est un peu d’ici et d’ailleurs.
 
Je ne vous cache pas que le jour où je suis sortie avec mon premier petit ami, blanc de surcroit, j’ai appris à ravaler cette fameuse fierté. L’ironie du sort a voulu, à compter du moment où je fréquentais des “blancs”, que je sois systématiquement cataloguée par “les miens” comme « une autre » ! Alors aujourd’hui, avec beaucoup de recul, de maturité, quelques années en plus, et surtout beaucoup plus d’humour, j’ai la certitude que la sottise et les préjugés se trouvent en chacun de nous.
 
J’ai donc fini par ne plus me focaliser sur les traditions parentales, tout en continuant à m’en enrichir, et à aimer profondément celles de « mon pays », la France. Je ne suis fière ni de l’une, ni de l’autre, je ne suis pas plus fière d’être noire que de faire du 40 en pointure… Sincèrement, je finis par croire que le plus important ce n’est pas d’être fier de ce que l’on est, mais de ce que l’on fait… Je me trompe peut-être.

Et vous, comment vivez-vous d’être qui vous êtes ? La question est bizarre mais bon, si vous avez un avis sur le sujet je serais très heureuse d’échanger avec vous, et cela pourra peut-être faire l’objet d’un second post !

Très bonne semaine à tous.

 
 

Web COMMENT button FR
Web LIKE button FR

Web ABOUT GABY button
Web CREDIT button LASHENDAweb-lashenda-popup

 
web-signature-gaby